Autrement dit un étouffement ou une asphyxie ou encore OVA!

Définition :

L’obstruction des voies aériennes (OVA) par un corps étranger est la gêne ou l’empêchement brutal des mouvements de l’air entre l’extérieur et les poumons.

L’inhalation d’un corps étranger correspond au passage anormal d’une substance solide dans l’arrière-gorge, le larynx, la trachée ou les bronches plutôt que dans les voies digestives (œsophage, estomac), c’est la fausse route.

L’objet solide passe par le « tuyau jaune » (trachée) au lieu du « tuyau rose » (œsophage).

Deux cas sont possibles, le premier l’obstruction est partielle et le second l’obstruction est grave.

On l’a qualifie de partielle car l’obstruction gène la respiration (objet dans la trachée), mais la respiration reste correct et efficace. L’obstruction est grave, quand la respiration n’est plus efficace, ou même impossible (l’objet bouche totalement la trachée ou rend impossible la respiration).

Les Causes De L’OVA:

Les corps étrangers retrouvés causant une obstruction des voies aériennes sont les aliments (noix, cacahuète, carotte …) ou des objets pour les enfants (aimants de magnets, jouets…). Le facteur allergène (exemple : des cacahuètes / arachides) augmente la possibilité d’obstruction des voies aériennes.

L’obstruction rencontrée chez l’enfant, se produit souvent lors du repas quand l’enfant mange, bois ou porte un objet à la bouche.

Les Conséquences d’une OVA:

Les conséquences peuvent être dramatiques, en effet si l’oxygène (amené par l’air grâce aux fonctionnements des poumons) est interrompu à cause d’une obstruction, le corps ne sera plus alimenté en oxygène et donc la vie de la victime est menacée.

L’obstruction partielle des VA peut évoluer vers une obstruction grave et avoir les mêmes conséquences, ou entraîner des complications respiratoires graves.

L’échec des manœuvres de désobstruction chez une victime présentant une OVA entraîne une privation prolongée en oxygène de l’organisme qui conduit à la perte de connaissance et à l’arrêt cardiaque.

L’obstruction grave des VA est une urgence qui peut entraîner la mort de la victime si aucun geste de secours n’est réalisé dans l’immédiat.

Signes d’une OVA:

La reconnaissance des signes d’obstruction des VA par un corps étranger est un élément-clé. Elle est réalisée dès les premières secondes, si on est témoin de l’accident. Dans le cas contraire, la reconnaissance peut être difficile.

Au bilan circonstanciel, on se trouve face à une victime qui est le plus souvent en train de manger, ou de jouer s’il s’agit d’un enfant.

3 Situations Possibles :

1er cas : La victime est consciente, présente une détresse vitale immédiate et, porte les mains à sa gorge, ne peut plus parler, crier, tousser ou n’émettre aucun son.
Elle garde la bouche ouverte et ne peut pas respirer ou respire très difficilement. Sa peau commence à bleuir dû au manque d’oxygène. Il s’agit d’une obstruction grave des voies aériennes. Cette situation survient dans les premières minutes après l’accident.

2ème cas : La victime est consciente mais présente des signes de détresse respiratoire. et, peut parler ou crier, tousse vigoureusement. Elle respire avec parfois un bruit surajouté mais reste parfaitement consciente.
Cette situation se rencontre lorsque l’obstruction des voies aériennes est partielle. Elle peut durer plusieurs minutes après l’accident car la respiration n’est pas complètement interrompue.

3ème cas : La victime a perdu connaissance et, ne respire plus ou très difficilement. Cela engendre une cyanose. C’est l’état d’une victime qui n’a pas eu les gestes de désobstruction des voies aériennes immédiatement ou inefficaces.

Principe de l’action de secours :

C’est de désobstruer les voies aériennes, si elles sont totalement ou presque totalement bouchées. Et d’empêcher toute aggravation en cas d’obstruction partielle (perte de connaissance ou arrêt cardiaque).

Obstruction partielle des voies aériennes :

Ne jamais pratiquer de techniques de désobstruction ! Pourquoi ? Car si elle est partielle c’est qu’il y a un peu d’air qui passe. Donc si vous donnez les tapes dans le dos, l’objet peut se bloquer plus profondément et entrainer une obstruction grave et totale.
Installer la victime dans la position où elle se sent le mieux et encourager la à tousser.
(PSE) administrer de l’oxygène par inhalation, si nécessaire.
Transmettre un bilan pour avis médical tout t’en surveillant attentivement la respiration de la victime. Si l’obstruction devient grave ou en cas d’arrêt de la respiration, appliquer la conduite à tenir devant une obstruction grave.

Obstruction grave des voies aériennes :

La victime est consciente

Favoriser la position actuelle ! Le réflexe humain lors d’une OVA est de se lever ou de rester assis. Une personne qui s’étouffe sera rarement allongée. Dans tous les cas pour la sauver, il faut que la victime soit debout ou assise.

Donner des « claques dans le dos », souvent 5 claques suffisent. Les claques données sont puissantes et vigoureuses. Ce ne sont pas des claques « amicales », il faut qu’elles ressemblent à de grosses claques de « rugbymans » n’oubliez pas que notre but est de sauver la victime. Cependant si elles sont inefficaces, réaliser des compressions (HEIMLICHE).

Méthode de HEIMLICHE (adulte et enfant) :

D’abord pencher la victime vers l’avant afin de faciliter l’extraction de l’objet.

Ensuite placez un de vos poings fermés entre le nombril et l’extrémité inférieure du sternum. Très important, pour une manœuvre efficace, il faut que le point soit bien positionné.

Maintenez votre poing en place à l’aide de votre autre main. Enfoncez fortement votre poing vers vous et vers le haut. Je tire vers moi et je remonte. L’air bloqué va faire expulser l’objet, c’est un système de sous-pression.

Recommencez ce geste 5 fois au maximum.

Si la personne est obèse ou est une femme enceinte (dans les derniers mois de grosses), les compressions doivent être niveau du thorax car il sera impossible d’encercler l’abdomen (entre le nombril et le sternum).

Pour un nourrisson les compressions s’effectuent sur le thorax mais à l’aide des deux doigts.

Pour les nourrissons ou les adultes il faut répéter le cycle « claques dans le dos » et « compressions ». Le but de ce cycle est de passer d’une obstruction grave à partielle. Vous devez donc reconnaître le changement entre les deux obstructions. S’il y a l’apparition de cris, pleurs ou de toux c’est qu’il y a un peu d’air qui passe donc la victime sera en obstruction partielle (plus en danger vitale).

Claques dans le dos à gauche et compressions thoraciques à droite

Il faut alors interrompre le cycle ! La reprise de respiration et ou le rejet de corps étranger indiquent aussi qu’il n’y a plus d’obstruction grave, donc il faut également stopper le cycle.

Les manœuvres de désobstruction ont été efficaces, il faut alors installer la victime dans la position la plus confortable pour elle. Lui parler permet de soulager la victime, elle se sentira moins seule. Si vous êtes en capacité de desserrer ses vêtements faites le. Elle sera plus à l’aise.

Appelez un médecin, il vous aidera dans les conduites à tenir. Attention toutefois si la désobstruction est efficace, il se peut que des petits corps étrangers puissent passer dans les voies aériennes et dans les poumons. Cela entrainera directement des complications, d’où la nécessité de surveiller en permanence la victime.

Gardez à l’esprit que les compressions, thoraciques ou abdominales, même bien réalisées , peuvent provoquer des lésions internes (notamment dû à l’intensité des compressions). Vous devez surveiller la victime et vérifier sa respiration.

Il est possible que les manœuvres de désobstruction soient inefficaces, la victime perdra connaissance. Il ne faudra donc pas perdre de temps et réagir.

La victime perd connaissance

Il faut l’accompagner au sol, afin de ne pas la blesser et éviter le sur-accident. Adopter la conduite à tenir face à une victime en arrêt cardiaque (RCP).

Toutefois, il convient de vérifier s’il y a un objet présent dans sa bouche (à chaque fin de cycle). Si un objet est présent, retirezle doucement, mais attention à ne pas l’enfoncer d’avantage.

Si je m’étouffe, que puis-je faire ?

Vous pouvez appliquer la méthode HEIMLICH sur vous, exactement de la même façon qu’avec une autre personne, il faut le savoir, cela sera peut-être votre ultime recours.

Allez plus loin : http://www.chu-rouen.fr/page/obstruction-des-voies-aeriennes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.