Définition de la Noyade :

La noyade est une détresse respiratoire due à l’immersion ou à la submersion de la victime.

Deux cas connues, le cas de la noyade par submersion et par immersion.

On parle de submersion lorsque le visage de la victime est recouvert d’eau ou d’un liquide, ce qui entraine l’asphyxie de la victime et un arrêt cardiaque en quelques minutes.

On parle d’immersion lorsque le corps de la victime est dans l’eau alors que sa tête est au-dessus du niveau de l’eau, (cela est dû grâce au port d’un gilet de sauvetage). La victime a les voies aériennes au-dessus de l’eau, mais les éclaboussures de l’eau entrainent une impression de noyade. Le risque le plus urgent est l’hypothermie.

Sémantique de Noyade:

Une personne victime d’une noyade peut mourir ou survivre avec ou sans séquelles, mais quel que soit son devenir on dira qu’elle a été victime d’une noyade.

On parle de noyé lorsque la victime décède à la suite d’une noyade et qu’aucun geste de réanimation n’a été réalisé.

Cause :

La noyade peut provenir :

D’une incapacité de la personne à maintenir ses voies aériennes hors de l’eau. La victime ne sait pas nager ou est incapable de maintenir ses voies aériennes à l’air libre bien que sachant nager (crampes ou épuisement).

Ou encore une affection médicale dans un milieu aquatique. Comme par exemple prendre un bain et avoir des convulsions suite à une opération des dents de sagesse (exemple au hasard n’ayez pas peur).

Mais aussi d’un traumatisme comme après une mauvaise réception d’un plongeon. La personne se retrouve en incapacité de bouger, elle coule et finit noyer. Cela peut se produire en eau peu profonde aussi.

Je vais vous parler d’un cas que j’ai vécu quand j’avais 13 ans dans une piscine municipale. Mon meilleur ami (Gaëtan), son cousin (Alexis) et moi jouions dans la piscine, à un moment Alexis a sauté du plongeoir et est tombé sur la tête de Gaëtan. Gaëtan reste alors immobile dans l’eau. Le maitre nageur plonge et sort Gaëtan de l’eau. Mon ami avait perdu connaissance. Il aurait pu ne pas s’en sortir. Mais ne vous inquiétez pas, maintenant il va bien !

Info : il existe des noyades liées à des problèmes spécifiques survenant lors d’une plongée sous-marine, apnée ou scaphandre autonome.

3 Facteurs facilitant la noyade !

  • L’hypoglycémie;
  • L’hypothermie;
  • La prise d’alcool ou produits toxiques (la fameuse mort noyée dans son vomi).

Risques & Conséquences :

Les conséquences d’une noyade sont multiples et expliquent l’adaptation de la conduite à tenir.

L’hypoxie (manque d’oxygène) est la conséquence majeure et la plus néfaste de la noyade. Elle est secondaire à l’arrêt volontaire de la respiration et au spasme laryngé réactionnel à l’arrivée d’eau dans les voies aériennes.

Elle est aggravée parfois par la pénétration d’eau dans les poumons. Souvent la quantité d’eau dans les poumons reste faible. La durée de l’hypoxie conditionne le devenir de la victime.

La perte de connaissance est due à l’hypoxie ou parfois à un traumatisme notamment de la nuque ou du crâne. Comme mon meilleur ami…

Les régurgitations sont fréquentes chez la victime de noyade (réflexe humain et naturel, j’avale de travers donc je tousse) et le risque d’inhalation de liquide gastrique est très élevé. C’est dire le liquide situé dans l’estomac sort et retombe dans la partie respiratoire.

L’hypothermie est fréquente et se constitue toujours rapidement. Ce phénomène est amplifié chez le nourrisson et l’enfant. L’hypothermie arrive très vite dans l’eau car les échanges thermiques se font plus rapidement que dans l’air. Si vous n’êtes pas convaincu, essayez de prendre un bain à 16 degrés et de rester en tee-shirt short quand il fait 16 degrés dehors. Je vous assure vous aller voir la différence rien quand trempant le petit orteil dans l’eau.

L’arrêt cardiaque est le plus souvent d’origine respiratoire, secondaire à la noyade, plus rarement d’origine cardiaque, précédant la noyade.

C’est d’abord l’arrêt des poumons et ensuite arrêt du cœur.

Statistiques :

En France, les noyades accidentelles sont responsables d’environ 500 décès chaque année et parfois de graves séquelles. Les hommes représentent plus de deux tiers des victimes et les noyades surviennent préférentiellement à la mer ou dans des cours d’eau. Les enfants sont aussi très sujets aux noyades. Donc attention avec les piscines si vous avez des enfants.

Je vous renvoie sur Franceinfo et un de leur page d’info : Cliquez-ici !

Signes :

C’est le bilan circonstanciel qui permet d’évoquer la noyade.

En fonction du temps passé dans l’eau, de l’âge et des antécédents, la victime peut présenter, au bilan d’urgence vitale et complémentaire, un état de gravité différent.

Ainsi, il est possible de se trouver en présence d’une victime :

  • Consciente qui est fatiguée, a froid et est souvent angoissée. Elle peut présenter une toux persistante qui signe le passage d’eau dans les poumons.
  • Consciente qui présente des signes de détresse respiratoire souvent associés à des vomissements et des frissons.
  • Qui a perdu connaissance et qui présente des signes de détresse respiratoire sans arrêt de la respiration.
  • En arrêt cardiaque.

Principe de l’action de secours :

Les 4 actions de secours doivent permettre :

  1. Assurer le dégagement immédiat et permanent de la victime du milieu aquatique, en toute sécurité ;
  2. Identifier son état de gravité ;
  3. Réaliser les gestes de secours adaptés à son état ;
  4. Assurer une prise en charge médicale rapide.
  1. Assurer le sauvetage aquatique de la victime. Travaillez en toute sécurité.
    • Alerter ou faire alerter immédiatement les secours spécialisés.
    • Éviter de pénétrer dans l’eau chaque fois que possible. Si vous n’avez pas le choix, équipez-vous d’une bouée pour pénétrer dans l’eau. Ne jamais plonger tête la première.
    • Parler à la victime et utiliser un moyen d’aide au sauvetage : (bouée de sauvetage, bâton, corde, vêtement…) si la victime est proche de la terre ferme. Sinon, utiliser un bateau ou toute autre embarcation flottante pour faciliter le sauvetage.
  2. Sortir la victime rapidement de l’eau, il y a peu de chances que la victime présente une lésion de la colonne vertébrale. Si la victime est en arrêt cardiaque, la sortir immédiatement en limitant la flexion et l’extension du cou.
  3. Si la victime présente une détresse vitale, appliquer la conduite à tenir adaptée à son état en tenant compte des spécificités liées à la prise en charge d’une victime de noyade.
  4. Lorsque la victime est consciente, l’installer dans la position où elle se sent le mieux, si possible à l’abri du vent.
    • Compléter le bilan d’urgence vitale.
      Déshabiller la victime en évitant les mobilisations intempestives.
      Sécher prudemment et sans friction la victime.
      Envelopper la victime dans des couvertures et la protéger du vent. Réaliser le bilan complémentaire, et transmettre le bilan au médecin et appliquer les consignes.
      Surveiller la victime. C’est la clé de la réussite, à tout moment elle peut changer d’état. Soyez vigilant !

Spécificités liées à la prise en charge d’une victime de noyade

Deux actions sauveront la victime. La ventilation artificielle et les compressions thoraciques, c’est-à-dire la réanimation cardio-pulmonaire (RCP).

Ventilation artificielle :

L’arrêt cardiaque à la suite d’une noyade est dû à une hypoxie, idéalement il convient de réaliser immédiatement cinq insufflations initiales avant de débuter les compressions thoraciques.

Sinon, commencer par les compressions thoraciques jusqu’à être en mesure de réaliser les insufflations.
Les sauveteurs spécialisés peuvent débuter les manœuvres de ventilations artificielles pendant le dégagement de la victime idéalement avec un équipement de sauvetage flottant. Il continueront jusqu’à ce que les compressions thoraciques à terre puissent être réalisées.

Compressions thoraciques :

Les compressions thoraciques ne sont débutées que si la victime est hors de l’eau, sur terre ou dans une embarcation (un plan rigide).

Si le secouriste est isolé, il doit réaliser cinq cycles de réanimation cardio-pulmonaire (complet) avant de quitter la victime pour aller alerter les secours.

Certaines embarcations disposent de masseurs cardiaques externes. Ils sont similaires similaires aux compressions thoraciques manuelles en situation normale. Ils prennent toute leur valeur dans un environnement difficile et étroit et pour des réanimations prolongées.

Administration d’oxygène :

(PSE) L’administration d’oxygène sera rapide, systématique et à haute concentration (15 L/min) tant que la victime est en arrêt cardiaque.

Défibrillation : DAE – DEA -DA

Comme pour l‘arrêt cardiaque il faut le mettre en place rapidement. Sécher le thorax avant de placer les électrodes pour la défibrillation. Respectez les consignes de sécurité, pour vous et la victime.

Manœuvre de désobstruction :

La victime inhale lors d’une noyade très peu d’eau. Fréquemment la victime a de la mousse aux lèvres. La mousse est un mélange d’eau et d’air. Dans la plupart des cas cette mousse ne gêne pas la ventilation.

Attention ! Les techniques de désobstruction des voies aériennes (tapes dans le dos, compressions abdominales) sont dangereuses et ne doivent pas être réalisées.

En effet, elles peuvent entraîner une régurgitation, une inhalation de liquide gastrique, des lésions traumatiques et retardent la mise en œuvre de la RCP.

Survenue de régurgitations :

Pendant la réanimation, la victime peut régurgiter du liquide stomacal et aussi de l’eau avalée. Votre premier réflexe est alors de tourner la victime sur le côté pour qu’elle puisse évacuer le liquide. Il faut aussi retirer les aliments présents dans la bouche. En cas de lésions sur les cervicales tourner la victime d’un bloc, c’est-à-dire les pieds, le bassin, les hanches, les épaules et la tête.

Voilà l’article terminé, si vous avez des questions n’hésitez pas à les poser.

À bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.