Autrement dit « détresse du circuit sanguin »

Définition de détresse circulatoire :

La détresse circulatoire est une atteinte de la fonction circulatoire (sang) dont l’évolution affecte les autres fonctions vitales de l’organisme. Elle peut conduire au décès de la victime.

L’arrêt cardiaque est une détresse circulatoire majeure. Qui nécessite des gestes de secours immédiats, il y a d’autres situations où une victime peut présenter des signes de détresse circulatoire sans être en arrêt cardiaque.

Les 3 fonctions vitales sont circulatoire, respiratoire et neurologique. Elles sont liées, une altération de la fonction circulatoire entraîne une perturbation des autres.

Causes d’un détresse circulatoire :

Plusieurs causes peuvent entraîner une détresse circulatoire.

  • Le cœur est dans l’incapacité de faire circuler le sang correctement. Comme pour un infarctus du myocarde ou insuffisance cardiaque.
  • Une diminution de la quantité de sang en circulation.
    • Lors d’une hémorragie.
    • Ou lors d’une déshydratation (diarrhée, brûlure étendue…).
  • Une dilatation des vaisseaux sanguins, lors d’une réaction allergique grave ou d’une intoxication grave.
  • Les causes dues à l’hémorragie externe ou extériorisée sont facilement identifiables.
  • Le bilan circonstanciel ou au bilan complémentaire permet de trouver d’autre cause.

Risques & Conséquences :

L’atteinte de la fonction circulatoire risque d’empêcher la délivrance d’oxygène aux organes et de retentir rapidement sur les deux autres fonctions vitales. Donc il y a donc un risque d’hypoxie.

Signes :

Les signes de détresse circulatoire sont identifiés au cours du bilan d’urgence vitale.

Toute victime ayant perdu connaissance et qui ne respire pas ou qui présente une respiration anormale doit être considérée en arrêt cardiaque.

  • Les signes de gravité expriment une détresse circulatoire et une mauvaise distribution du sang sont :
    • l’impossibilité de percevoir le pouls radial (radius) alors que le pouls carotidien (carotide) est présent.
    • (avec matériel) la baisse de la pression artérielle systolique.

D’autres signes peuvent être présents lors d’une détresse circulatoire :

  • Une fréquence cardiaque supérieure à 120 battements par minute ou inférieure à 40 battements par minute au REPOS.
  • Un temps de recoloration cutanée (TRC) supérieur à 3 secondes. La TRC est le faite de venir pincer un ongle. Et de regarder en combien de temps l’ongle retrouve sa couleur première. Si TRC > 3 secondes ATTENTION suspicion de détresse circulatoire.
  • La décoloration de la peau ou pâleur au niveau des extrémités, de la face interne de la paupière inférieure et des lèvres peut être un signe.
  • Des marbrures cutanées, alternance de zones pâles et de zones violacées donnant à la peau l’aspect marbré.

Marbrures

  • Sueurs froides c’est-a-dire une transpiration et un refroidissement de la peau (sueurs froides.
  • Une sensation de soif, agitation ou angoisse.
  • Incapacité de rester assis ou debout se manifestant par l’apparition de vertige, somnolence avant la survenue d’une perte de connaissance.

Principe de l’action de secours :

L’action de secours doit permettre :

D’arrêter immédiatement toute cause évidente de détresse circulatoire (hémorragie externe).

Améliorer l’oxygénation et la circulation sanguine de l’organisme. En positionnant de façon adaptée et l’administration d’oxygène à la victime.

Déclencher une aide médicale immédiatement et bien évidemment, SURVEILLER attentivement la victime et adapter les gestes de secours si la situation évolue.

3 Cas d’action :

1. La victime est consciente :

Si elle présente une hémorragie externe, appliquer la conduite à tenir adaptée.

  • Dans le cas contraire, ou après avoir arrêté l’hémorragie :
    • Allonger la victime en position horizontale.
    • Administrer de l’oxygène en inhalation si nécessaire.
    • En l’absence de saturomètre, administrer de l’oxygène en inhalation et adapter après avis du médecin.
    • Couvrir la victime et éviter de la laisser directement sur le sol pour limiter son refroidissement (couverture de survie).
    • Compléter le bilan d’urgence vitale, effectuer un bilan complémentaire (lésions,…) et demander un avis médicale.
    • Surveiller la victime, (pouls, état de conscience).

Lors de la mobilisation de la victime, celle-ci court un risque d’arrêt cardiaque (ou détérioration) notamment pendant le relevage et le brancardage.

2. La victime a perdu connaissance et ne respire pas ou de façon anormale :

Appliquer la procédure relative à l’arrêt cardiaque (RCP).

3. La victime perd connaissance et respire :

Appliquer la procédure relative à la perte de connaissance, PLS et surveiller la victime.

Cet article a 2 commentaires

  1. Souadou

    Merci j ai bcp aimer

    1. Je sais survivre

      Merci cela me fait plaisir, à bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.